Imprimer

Les seniors retardent leur départ à la retraite (Le Figaro)

Écrit par Institut Français des Seniors. Publié dans Revue de medias


Article du 6 mars 2013

INFOGRAPHIE - En 2011, le taux d'activité des 60-64 ans a augmenté de 10 points, pour atteindre 20 %. Un taux comparable à 1985.

 

C'est l'un des enseignements majeurs de l'étude annuelle de l'Insee «Emploi et salaires» 2013: les seniors sont de plus en plus nombreux à retarder leur départ à la retraite. «On observe une hausse du taux d'activité assez marquée en 2011 et 2012 pour les personnes qui ont exactement 60 ans, ce qui montre un effet certain de la réforme qui a conduit au recul de l'âge de la retraite sans oublier l'extinction des dispositifs de cessation anticipée d'activité», note Nicole Roth, chef du département emploi et revenu d'activité à l'Insee.

En 2011, le taux d'activité des 60-64 ans (hommes et femmes confondus) a augmenté de 10 points pour atteindre 20 %, soit un taux comparable à celui de 1985. On entend par taux d'activité le rapport entre le nombre de personnes ayant un emploi et celle à la recherche d'un travail par rapport à la population totale.

Le taux d'activité des personnes de 55 à 59 ans - on peut être senior à plus de 55 ans voire à partir de 50 ans dans les cas extrêmes, il n'existe pas de définition légale - a quant à lui encore plus progressé au cours de la dernière décennie. Il s'élève à 69 % en 2011, contre 53 % en 2000. Malgré cette forte progression, le taux d'activité des hommes de 55 à 59 ans reste faible en France. Il se situe dans le dernier tiers des pays de l'Union européenne à 27. Parmi les pays de l'ex-UE 15, seuls le Luxembourg, la Belgique et l'Italie ont des taux plus faibles. La situation est inversée pour les femmes du fait de leur participation élevée au marché du travail depuis quelques décennies. Parmi les personnes ayant un emploi, une sur quatre a plus de 50 ans, une sur onze a moins de 25 ans.«La France se caractérise par des taux particulièrement bas à la fois pour l'emploi des seniors mais aussi pour l'emploi des jeunes, résume Nicole Roth. D'autres pays européens connaissent un taux élevé de seniors en activité mais aussi de jeunes. Il n'y a pas de lien immédiat entre l'activité des jeunes et celle des seniors», ajoute-t-elle.

90 % en CDI

D'autant que les plus de 50 ans sont moins nombreux dans certaines activités destinées davantage à des jeunes. Il s'agit des secteurs à forte rotation, comme la construction, le commerce, l'hébergement-restauration ainsi que les activités scientifiques, techniques et de soutien, dont l'intérim.

En activité, les seniors sont plus de 90 % à bénéficier d'un CDI (contrat à durée indéterminée). Mais quand ils doivent à nouveau trouver un travail - l'âge minimal pour bénéficier d'une dispense de recherche d'emploi est passé progressivement de 57 ans à 60 ans depuis 2009 -, ils retrouvent rarement un CDI. «Lorsqu'une personne de plus de 55 ans retrouve un emploi, c'est plus d'une fois sur deux un emploi à temps partiel», indique Nicole Roth.

Eric de La Chesnais
Journaliste au Figaro