Imprimer

Le cumul du minimum vieillesse avec un emploi est autorisé (La Croix)

Écrit par Institut Français des Seniors. Publié dans Revue de medias

Le cumul du minimum vieillesse avec un emploi est autorisé

Le décret permettant aux bénéficiaires de l’allocation de solidarité aux personnes âgées d’exercer un emploi est paru au Journal officiel
PHILIPPE HUGUEN/AFP

Alors que le cumul d’une pension de retraite et d’une activité à temps partiel était autorisé pour la majorité des retraités, il ne l’était pas jusqu’à présent pour les bénéficiaires de l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), nouveau nom du minimum vieillesse depuis 2006. Une interdiction qui va disparaître le premier janvier.

800 € POUR UNE PERSONNE SEULE

Versée à plus 560 000 personnes, l’Aspa permet à compléter les revenus des retraités modestes de plus de 65 ans pour leur permettre de toucher au moins 800 € par mois pour une personne seule ou 1 242 € pour un couple. À chaque fois qu’un retraité gagnait un euro supplémentaire, il voyait donc son allocation diminuer d’autant.

L’idée de permettre aux allocataires de l’Aspa de conserver leur allocation tout en effectuant un travail à temps partiel était donc à l’étude depuis des longtemps. En 2013, déjà, l’UMP avait fait adopter au Sénat une proposition de loi en ce sens. La réforme n’avait toutefois pas vu le jour à l’époque.

COUP DE POUCE AUX RETRAITÉS MODESTES

À l’automne dernier la question a ressurgi. Après avoir annoncé le gel de certaines pensions de retraites dans le cadre de son plan d’économie de 50 milliards d’euros d’ici à 2017, le gouvernement s’est attaché à montrer son attention au pouvoir d’achats des retraités les plus modestes.

Dans ce cadre, il a acté la poursuite de la revalorisation de l’Aspa à 800 € mais aussi l’ouverture du droit au cumul entre cette allocation et un travail à temps partiel, permettant aux intéressés d’atteindre « des ressources au niveau du smic ».

La publication du décret officialise la mesure et son entrée en application au 1er janvier prochain. Les personnes âgées les plus modestes pourront ainsi conserver la totalité de leur Aspa à condition de ne pas tirer de leur travail plus de 30 % du smic pour une personne seule ou 50 % du smic pour un couple.

MATHIEU CASTAGNET